debout citoyens

Section PCF de Croix, Wasquehal, Hem, Leers,
Lannoy et Lys-lez-Lannoy

Santé, rappel de nos engagements pour les élections départementales de 2015

Il y a 2 années

Santé

Nous proposons de développer des moyens mobiles pour améliorer la prévention-santé, qui, en sillonnant le département, iront au-devant des publics éloignés des parcours de soin. Dans le cadre de la politique départementale d’amélioration de l’accès au soin, nous revendiquons auprès de l’Etat la suppression du numerus clausus afin d’avoir des praticiens en nombre suffisant dans tout le territoire, ainsi que la hausse du nombre d’infirmiers dans les collèges pour la réalisation de bilans médicaux pour chaque élève.

Les habitants de notre département souffrent particulièrement de problèmes de santé, trouvons des solutions adaptées en développant la prévention :

   La santé dans le Nord / Pas-de-Calais


Handicap

Nous nous engageons à agir pour l’inclusion et l’égalité des droits en matière de handicap.
Nous nous engageons à redonner à la MDPH, Maison Départementale des Personnes Handicapées, les moyens de répondre dans des délais courts aux besoins des personnes en situation de handicap. Les délais actuels sont encore trop longs malgré les interventions multiples de nos conseillers généraux.
S’occuper des personnes handicapées, c’est tout d’abord prendre des mesures pour obliger toutes les administrations à faciliter l’accès des handicapés.
Pour les commerces, il s’agit de leur donner les moyens, grâce à des emprunts ou sous d’autres formes, de faire les travaux nécessaires pour recevoir les handicapés.
La loi de 2005 qui devait voir le jour le 1er janvier 2015 a été reportée de 7 ans pour ce qui concerne les administrations et de 10 ans pour les commerces recevant du public (2025 !)... les handicapés ne sont pas encore arrivés au bout du tunnel...
Il faudrait également prévoir les facilités d’accès dans les rues (bordures et autres).








   
  
Environ 600 000 personnes en situation de handicap dans le Nord-Pas-de-Calais

Parmi la population vivant à domicile, un peu plus de 368 000 personnes dans le Nord et de 246 000 dans le Pas-de-Calais étaient, en 2008, en situation de handicap qu'il soit reconnu, ressenti ou identifié. La prévalence dans le département du Nord s'élève à 14,6% (cf. graphique joint). et se situe légèrement en dessous de la moyenne nationale (16,0%). Le handicap ressenti est le plus fréquent : seul ou cumulé avec d'autres formes du handicap, il concerne environ 10% de l'ensemble de la population totale, dans les deux départements comme en moyenne nationale. Le handicap identifié se décline dans des proportions équivalentes. Enfin la reconnaissance est l'approche du handicap touchant le moins de personnes : 8,5% de la population du Pas-de-Calais et 6,8% ce celle du Nord.



Sécurité sociale et hôpitaux

Il faut reconquérir la sécurité sociale !!!!

Elle a été crée fin 1945, une époque peu prospère en matière d’économie. Et pourtant c’est un organisme majeur de notre protection sociale. Les différents gouvernements ont progressivement dégradé le service rendu par Les Caisses d’assurance maladie et d’Allocations Familiales.

Ceci à cause :

  • Des cadeaux faits au capital grâce à l’exonération de cotisations patronales.
  • La réduction des prestations de la sécurité sociale : Franchises, dépassements d’honoraires, médicaments « dits de confort »non remboursés.

La santé est un droit non une marchandise. !!!

Les gouvernements veulent nous faire croire qu’il faut travailler plus longtemps puisque l’espérance de vie augmente, le Front de Gauche pense que c’est l’inverse c’est parce que l’on part plus tôt en retraite que l’on vit plus longtemps…. En plus, ne faudrait-il pas penser en années passées en bonne santé ?

Ne plus remplacer un fonctionnaire sur 2 à la retraite c’est aussi se priver de personnel dans les hôpitaux publics. Des dispositifs de rentabilité sont mis en place dans les hôpitaux ou tarification à l’acte. Il s’agit de mettre en avant les services « rentables » et ceux qui coûtent …. Les services « attractifs » sont donc repris par des établissements privés (cliniques) et les services à « charges lourdes » demeurent dans la fonction hospitalière publique.

Faudra-t-il arriver au système de soins Anglais « où un patient victime d’une section de 2 doigts de la main est obligé de choisir quel doigt il va faire recoudre au vu des coûts des soins » ?

De plus, la tarification à l’acte T2A n’évolue pas de la même manière que les coûts. En effet, on peut réaliser plus d’actes et être moins rentables. Les hôpitaux sont obligés de contracter des emprunts toxiques. Les banques prêtent à des taux exorbitants 15 % alors qu’elles-mêmes empruntent à la banque centrale au taux de 1%.

C’est ainsi que le Front de Gauche demande :

  • Une contribution aux revenus financiers (banque, assurances, entreprises).
  • La fin des cadeaux et des exonérations aux gros capitaux.

Proche de notre canton, l’hôpital Victor Provo a été largement concerné par ces différentes mesures : Coupe sombre dans le personnel Personnels de soins interchangeables de service en service L’orientation des malades en fonction des disponibilités dans les services et non en fonction de leur pathologie. La liste des difficultés est longue…

Inlassablement le Front de Gauche, a été présent pour défendre les intérêts des malades et ceux des personnels. Nous avons soutenu les différentes actions du personnel et milité en faveur de la construction de la nouvelle maternité et ce sur le terrain mais aussi par les actions de nos conseillers généraux du groupe communiste.

Pour que la nouvelle politique de santé ne soit pas : marche ou crève
votez Front de Gauche !!!