debout citoyens

Section PCF de Croix, Wasquehal, Hem, Leers,
Lannoy et Lys-lez-Lannoy

manifestations

Il y a 9 mois

La colère des personnels des EHPAD et des familles s'est largement exprimée le 30 janvier dernier dans toute la France.

A Lille une rassemblement a eu lieu , auquel nos militants ont participé et où des représentants des syndicats et une association de directeurs d'établissements ont alerté sur l'état déplorable des EHPAD .

Nos personnes agées sont victimes de maltraitances intitutionnelles, les restrictions de budgets asphyxient les établissements et les sous effectifs qui en découlent font que nos vieux sont dans des situations indignes et qu'un sentiment de honte domine chez les soignants.

C'est un appel au secours qu'ils ont lancé. Ils sont en grande souffrance , ils disent

NON au retour des hospices

NON à l'exploitation de l'or gris

NON à la déchéance

A ceci s'ajoute la baisse du pouvoir d'achat des personnes agées et de leur famille.

Pourtant l'argent existe dans notre société. Au lieu de l'utiliser pour rendre plus riches les grandes fortunes, il est temps de l'utiliser pour aider les plus faibles.

Cela est possible si on met l'humain au centre des décisions et non la rentabilité. Il est possible de dégager un vrai budget pour plus d'humanité.

Et c'est ce que nous proposons en passant par une réforme de la Sécurité Sociale et la réaffectation de crédits aujourd'hui accordés en exonération fiscales.



La colère des lycéens, des étudiants et des enseignants s'est manifestée le 6 février, contre la réforme de l'accès dans le supérieur (qui devient sélective) et la réforme prévue du lycée et du bac.

De plus, au niveau de l'emploi dans l'éducation : 136 postes sont supprimés dans le second  degré alors que les effectifs augmentent de +0,23%, et 21 postes supprimés chez les personnels administratifs.

Tout cela place l'académie au premier des suppressions nationales dans ces 2 catégories et renoue avec les années noires de suppressions massives. Pour rappel, l'académie a perdu plus de 6000 postes d'enseignants entre 2005 et 2012, et seuls 1300 ont été recréés entre 2012 et 2017.

Nos militants ont participé à la manifestation de Lille.

      


Nos militants avaient également participé au rassemblement pour le maintien des urgences de l'hôpital de Wattrelos.

Lettre d'une militante : 

HOPITAL DE WATTRELOS

FERMETURE  DES URGENCES DE NUIT

___________________________________________________________

En tant qu'utilisateur de l'hopital de Wattrelos, j'apporte ici mon témoignage et mon soutien à tout le personnel.

Nous sommes les parents d'un enfant lourdement handicapé, plusieurs fois nous avons du nous rendre au service des urgences , celui de Wattrelos, de Roubaix et de Lille.

Partout nous avons eu affaire à du personnel compétent, mais à Wattrelos ceci a été fait rapidement, sans attente. Sur Roubaix et Lille l'attente est trés longue, plusieurs heures parfois.

Pour nous une prise en charge rapide est trés importante. Il faut savoir que notre enfant ne sait pas expliquer son mal, ce qui ne va pas et provoque ses troubles.

Il ne sait pas pourquoi il faut attendre dans un lieu bruyant et hors de ses habitudes. Ce qui rend ses soins plus difficiles au bout de plusieurs heures.

Une prise en charge rapide lui provoque moins de stress , des soins plus efficaces et un confort pour tous; nous ses parents, les soignants et surtout pour lui.

Nous ne voulons pas que cela change.

La rentabilité des hopitaux est inadmissible. Cela se fait sur le dos du personnel et a inévitablement un impact et une répercussion sur les malades.

TOUS NOUS EN SUBIRONS LES CONSEQUENCES

L'annonce de la fermeture des urgences de nuit n'est qu'un avant goût à la fin des urgences de jours et à terme à la mort de l'hopital.

Depuis des années l'ARS (Agence régionale de santé) lance des attaques répétées pour fermer cet hopital de proximité.

Cette situation découle également du plan gouvernemental de suppression de 120000 postes dans la fonction publique et la remise en cause du statut de fonctionnaire.

Il s'agit de faire passer la dépense public comme un coût et non comme une réponse aux besoins des populations. Seule la rentabilité compte et même en matière de santé. C'est un retour idéoloqique qui vise à ouvrir au secteur privé des marchés nouveaux, comme ce fut le cas de l'électricité , de l'eau, des autoroutes et cela s'accompagne d'une hausse des prix et d'une dégradations des services.

Après 10 ans de cette expérience le gaz a augmenté de 66%, l'électricité de 21%, certains services gratuits sont maintenant payants.

Le prix des autoroutes ne cesse de s'envoler pour bien engraisser les actionnaires, il est à parier que la santé des Français va également engraisser encore plus ceux des assurances privées qui se battent déjà pour récupérer une marché aussi juteux.