debout citoyens

Section PCF de Croix, Wasquehal, Hem, Leers,
Lannoy et Lys-lez-Lannoy

manifestation sevices publics

Il y a 1 année

le mardi 27 juin 2017, à l'initiative de la CGT, des rassemblements ont eu lieu sur toute la France pour lutter contre les réformes que le gouvernement Macron veut mettre en route durant les vacances.

Pour notre secteur, celui-ci a eu lieu à Lille.

Il a regroupé notamment des Cégétistes de la Poste, de la santé, et des pompiers, le Service Public étant le secteur le plus attaqué par les suppressions de postes et la diminution des budgets.

Les communistes de notre section étaient naturellement présents avec la CGT pour se battre avec eux.

Notre camarade Laurent Cauterman a notamment pris la parole au nom des pompiers qui sont actuellement en grève pour refuser la baisse des effectifs et la détérioration de leurs conditions de travail qui les met en danger, eux et la population.

Ci-dessous, notre camarade responsable CGT lors de sa prise de parole, le communiqué CGT et l'article paru dans la presse.


 

 

Article Nord Eclair 03/07/2017

ROUBAIX, TOURCOING

DÉCRYPTAGE Nos pompiers sont-ils en danger?

Les pompiers du service départemental et d’incendie de secours du Nord (SDIS) ont manifesté mardi dernier pour réclamer des conditions de travail décentes et mettre fin aux sous-effectifs. Dans notre secteur, quel est l’état de nos casernes ?

 

Les centres d’incendie et de secours sur le secteur ne sont pas touchés par le manque d’effectifs : Faux

Les effectifs de pompier du SDIS Nord sont aujourd’hui de 2 060 professionnels alors qu’il en faudrait plus de 2 200. «  Les départs en retraite n’ont pas été remplacés et les embauches ne suffisent pas à combler  », s’inquiète Quentin De Veylder, de la CGT. Comment notre secteur est-il impacté par ce manque d’effectifs ? Au centre d’incendie et de secours de Roubaix (CIS), on dénombre entre 20 et 22 pompiers professionnels alors qu’il en faudrait 27 pour faire tourner correctement le centre. Il manque donc cinq personnes à chaque garde, ce qui induit une dégradation des conditions de travail et de nombreux burn out. À Tourcoing, le sous-effectif est moins important mais il existe tout de même et le blocage des carrières pénalise les pompiers en place. Le CIS de la Vallée de la Lys est quant à lui moindrement impacté mais il souffrira énormément de la fin de la procédure d’anticipation. Enfin, à Wasquehal, la caserne est composée uniquement de pompiers volontaires, ce qui la rend particulière, même si ces derniers souffrent aussi des conditions de travail. «  Les manques d’effectifs sont comblés par les pompiers volontaires qui se retrouvent à bout de souffle  », selon la CGT.

Les engagements, depuis deux ans, n’ont pas tous été respectés : Vrai

Le conflit entre les syndicats et la direction du SDIS59 dure depuis maintenant deux ans. En cause, des engagements non tenus selon les organisations. Le premier point de discorde concerne le schéma départemental d’analyse et de couverture de risque (Sdacr). Celui-ci prévoit que les interventions se déroulent dans des délais très courts afin d’assurer aux gens une sécurité maximale. «  La modification du principe d’anticipation met en péril ou annule les conventions présentes dans le Sdacr. Est-ce légal ?  », s’interroge Bruno Cappoen, responsable FO pour les pompiers. L’autre point noir concerne l’encadrement des pompiers. Pour 2 000 soldats du feu professionnel, il faut 4 000 volontaires et 1 500 sous-officiers pour l’encadrement. « Aujourd’hui, nous sommes très loin des chiffres légaux que nous sommes censés avoir  », insiste le représentant FO. De plus, certains des sous-officiers ayant validé leur fonction avec des modules de nombreuses années auparavant sont censés être passés adjudants. Faute de promotion, ils pourraient perdre leur statut et avec lui de l’argent. « Ce n’est pas une situation acceptable et les pompiers ne vont pas accepter cette situation encore longtemps  », souligne Bruno Cappoen.

Le dialogue entre la direction du SDIS Nord et les organisations syndicales est au point mort. Les négociations ne sont pas envisageables : Faux

Si les relations entre l’intersyndicale et la direction sont très froides, une porte a été ouverte jeudi dernier afin de trouver une solution au conflit qui dure depuis maintenant deux ans. Les responsables CGT-FO-CFDT ont reçu des propositions pour améliorer leurs conditions de travail. Cependant, une mise en demeure a été envoyée aux syndicats, vendredi, par un cabinet d’avocat, ce qui pourrait fragiliser les négociations.

Le principe d’anticipation va disparaître et rendre les astreintes et interventions plus compliquées : Vrai

L’anticipation est le principe qui consiste à biper les pompiers volontaires lorsqu’une équipe part en intervention afin que ces derniers soient prêts à partir à leur tour. Désormais cela ne sera plus possible. Les volontaires seront prévenus uniquement en cas d’appel pour une deuxième intervention. « Nous allons avoir des secours à deux vitesses. Sur Lille, les gens ne seront pas trop impactés mais à la campagne les délais pour intervenir vont être plus longs  », souligne la CGT.